Un lycée inscrit dans l'histoire

L’ancêtre du Lycée Vauban n’était pas situé à l’emplacement actuel. Cette école, appelée Ecole Pratique d’Industrie, dont le projet d’installation fut demandé en avril 1910 par le Conseil municipal d’Auxerre (dont Charles Surugue était le maire) et approuvé par le Ministre du Commerce le 16 juin 1910, était située rue Joubert, dans les locaux de l’ancienne Ecole Communale du Pont devenue Ecole Municipale de Dessin.

Les travaux débutèrent le 19 août 1910 et, à la rentrée 1911, il y avait 43 élèves. En 1912, ils étaient 54 et chaque année, leur nombre augmenta.

En 1920, un internat fut ouvert. Il comptait 19 pensionnaires. Ces élèves étaient recrutés à Auxerre et dans les environs (d’où la nécessité de créer un internat).

En 1929, il y avait 102 élèves qui se formaient dans les domaines de la Serrurerie, Forge, Tonnellerie, Menuiserie et un cours de dessin linéaire

de Joubert à Gambetta

Les locaux de cette école apparurent très vite trop exigus. Le nombre d’élèves croissant et de nouvelles machines-outils nécessitant des locaux plus appropriés, il fut décidé (en 1930) de transférer l’école dans l’ancien Grenier d’Abondance, puis Bourse du travail et Patronage Laïque de l’avenue Gambetta.

En même temps, il fut décidé de créer une section commerciale et une autre, préparatoire aux Arts et Métiers.

Le lycée ouvrit ses portes en 1935, après démolition et reconstruction des bâtiments sous la houlette de M. Mazoyer, architecte. L’ensemble du projet coûta 3 594 305 f de l’époque, financés à moitié par l’état et à moitié par la ville. L’inauguration officielle des bâtiments scolaires eut lieu le 31 octobre 1936 par monsieur Jean Zay, Ministre de l’Education Nationale et monsieur Jules Julien, sous-secrétaire d’état à l’enseignement technique et Monsieur Renaitour, député-maire d’Auxerre.

Pendant la deuxième Guerre Mondiale, l’Ecole Pratique d’Industrie fut occupée par l’armée allemande et les cours théoriques furent dispensés au lycée Jacques Amyot, l’enseignement pratique étant quasiment délaissé faute de locaux et de matériaux.

L’internat resta fermé jusqu’en 1952, les ateliers ayant recommencé à fonctionner en 1948. Il n’y avait plus alors qu’une cinquantaine d’élèves. Dès 1948 aussi, les contremaîtres prirent le nom de Professeurs techniques adjoints (PTA) et l’établissement possédait la dénomination de collège Technique.

Féminisation et naissance de la vocation hôtelière

En 1954, le besoin d’un établissement de formation professionnelle pour des métiers spécifiquement « féminin » est vivement ressenti mais le projet n’aboutira qu’en 1965 avec des sections « aide-maternelle » « section ménagère » et « enseignement commercial ». Le CET Gambetta est rattaché administrativement au lycée Fourier jusqu’en 1972, date à laquelle il devient autonome.

La vocation hôtelière date de 1969 quant un restaurant commence à fonctionner grâce à la section Employé Technique de Collectivités, option cuisine et service général.

En 1973 est créée une section commis et cuisinier de restaurant. Il y avait à cette époque un peu plus de 200 élèves dont la moitié étaient des internes. L’établissement prendra le nom de Léon Gambetta (d’après la rue où il est situé) le 21 juillet 1981 (il avait été proposé de l’appeler Lycée Marie Noël).

De 1981 également date la création du BEP Hôtellerie, option service, l’option cuisine suivra en 1983. En 1984 le lycée comportait les sections suivantes :

  • CAP Cuisinier, BEP Hôtellerie (option cuisine et service)
  • BEP Carrières sanitaires et sociales
  • CAP Employé technique de collectivités
  • CEP industrie de l’habillement
  • CEP Blanchisserie

Les locaux étaient de moins en moins bien adaptés, il n’y avait ni CDI (ouvert en 1992) ni gymnase (ouvert en 1993). Malgré tout l’établissement continua à fonctionner et à prospérer :

  • classes de 4e et 3e technologiques en 1985,
  • Bac professionnel restauration en 1987
  • création de la section Barman en 1989

A la rentrée 1994, le lycée s'installait dans de nouveaux locaux, ceux de l’ancienne caserne Vauban 

Vauban, la vie au large

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette caserne avait été construite à la fin du 19e siècle et abritait les 3000 soldats du 4ème régiment d’infanterie. Les bâtiments furent utilisés par l’armée jusqu’au transfert à l’éducation nationale mais en 1993, il n’y avait plus que quelques militaires sur place.

Il en reste d’ailleurs quelques uns dans le Centre de Documentation des Armées voisin du lycée, qui fait partie intégrante de l’ancienne caserne Vauban.

Depuis 1994, l’effectif élèves est en constante augmentation, autour de 460 élèves en 2007, la mention Cuisinier en Dessert de Restaurant date de 1994, de même qu'un CAP Hébergement devenu Services Hôteliers.

La filière Bac technologique a été créée en 1998 pour un premier baccalauréat passé en juin 2001, Egalement, ouverture des CAP Cuisiniers, Restaurant et Agent Polyvalent de Restaurant.

La classe de 3ème Découverte professionnelle est la dernière arrivée en 2005.

Dans les années à venir, d'autres évolutions sont attendues, en particulier la création d'un BTS prévu depuis près de 20 ans, et le développement de formations par alternance.